Logo
Des espaces de parole collectifs pour donner à comprendre
Avec un groupe de jeunes

Pour travailler en groupe avec les jeunes, les professionnels peuvent s’appuyer sur une fiction* « On est tous des sangs mêlés ». Elle met aux prises le Pr Zoulouck (personnage fictif) avec un jeune qui caillasse un camion de pompier. Ensemble, de façon percutante et décalée, ils décryptent les raisons sous-jacentes de ce geste. Il s’agit de prendre appui sur cette fiction pour amener les jeunes à réfléchir  sur eux, à parler d’eux, en partant de là où ils sont, de faire des liens avec leur propre vécu, afin de déconstruire des « prisons intérieures », « mentales », des représentations qui conduisent à des logiques d’exclusion, d’enfermement voire à la haine de l’autre. 

« Les jeunes nous ont beaucoup surpris car ils sont sur des questions existentielles fortes, et en particulier sur le sentiment de ne pas avoir prise sur leur avenir », un éducateur qui a testé cette fiction en classe relais.

(*support complété par un mode d’emploi, de nombreux témoignages et chansons qui éclairent le propos et proposent des clés d’analyse, ainsi qu’un programme de formation)

 

Avec les parents

Pour travailler avec les parents, les professionnels pourront s’appuyer sur une autre fiction* « La grande traversée », une présentation poétique, musicale et émouvante, d’un parcours d’exil sur quatre générations. Objectif : voyager au cœur des transmissions, s’interroger sur les non-dits, faire réfléchir les parents en fonction de leur histoire aux différentes loyautés, fidélités, qui peuvent enfermer nos enfants et les empêcher de trouver leur place dans la société.

« La France ennemi numéro 1, c’est ce qu’on m’a appris. Aujourd’hui, on a tourné la page, mais on ne l’a pas déchirée. Je trouve ma place, je vis convenablement, mais je m’interroge sur ce que j’ai transmis à mes enfants […] élevés dans le nationalisme algérien. Aux fêtes nationales, on met le drapeau algérien aux fenêtres. Quand ils ont grandi, j’ai tenu un second discours car j’ai peur qu’ils ne trouvent pas leur place dans cette France. »

(*support complété par une fiche pédagogique et un programme de formation)