Logo
Prochaine conférence " « La littérature salafiste féminine : une initiation au djihad ? » par Hasna HUSSEIN, sociologue des médias et du genre, le jeudi 14 décembre 2017 à 14h30 à l'IRTS de Loos

Hasna HUSSEIN est sociologue des médias et du genre. Ses travaux portent sur l'analyse de la propagande des groupes djihadistes par l'image et le texte, les techniques de manipulations et le rôle des réseaux sociaux dans le processus de radicalisation menant à la violence. Elle est fondatrice du carnet de recherche https://cdradical.hypotheses.org/  sur la plateforme académique hypothèses.org et  assistante de recherche du projet européen PRACTICIES sur la prévention de la radicalisation à l'Université de Toulouse 2 Jean Jaurès. 

La femme (de) djihadiste est conçue dans l'idéologie salafiste djihadiste comme une « élue », « pieuse » et « modèle » de dévouement (à son djihadiste d’époux) et d’ « endurance ». La promotion d’un système ultra-patriarcal est une caractéristique dudit califat –autant qu’il l’est du discours salafiste– et de son rapport sexiste entre les femmes et les hommes. Dans les deux idéologies, les femmes doivent obéir d’une manière absolue à leurs maris, se contenter de leurs rôles d’épouse et de mère en se consacrant entièrement à l'éducation et l'élévation de leurs enfants dans le respect absolu de la doctrine salafiste. Nos travaux sur la propagande des groupes djihadistes, particulièrement Daesh, montrent qu'il existe une porosité entre les idéologies salafiste et djihadiste notamment en ce qui concerne la place des femmes et leurs rôles dans la société. Il serait donc important d'étudier l'impact du discours salafiste en direction des femmes et  leurs basculements ou pas dans le djihadisme.

Date : Jeudi 14 décembre 2017 à 14h30

Lieu : Amphi Fontan, IRTS Hauts de France, rue Ambroise Paré, à Loos.

Inscriptions